Suivez-nous sur Facebook:

Cette ancienne Miss a été condamnée à trois ans de réclusion pour terrorisme.

Elle appelle à faire le Jihad. La justice la condamne à trois ans d’emprisonnement.


La décision de la justice a été prononcée ce mercredi 16 août. Une jeune femme de 26 ans est condamnée à trois ans de réclusion, dont une année avec sursis. Mais, ce n’est pas n’importe qui !

Il s’agit d’une ancienne candidate au concours Miss Carnon 2014 à l’issu duquel elle a fini deuxième dauphine. Malheureusement, quelques années plus tard, elle a petit à petit changé pour finalement se radicaliser, du moins, à ce qu’il paraît…

Elle aurait prêté allégeance à Daesh, le groupe islamique

Elle s’appelle Laetitia, mais sur les réseaux sociaux, elle porte le nom de Kenza. Âgée de 26 ans, après avoir gagné le titre de la deuxième Dauphine au concours de Miss Carnon en 2014, elle s’est convertie à l’islam au début de l’année 2016, à la mosquée de Lunel, dans l’Hérault.

Au début de cette année, elle a été emprisonnée pour « apologie publique d’un acte de terrorisme », notamment sur Facebook.  Dans son Smartphone, les autorités auraient trouvé des photos, des vidéos et des enregistrements audios qui s’apparenteraient au terrorisme. C’est du moins ce qu’a affirmé le président du tribunal.

Son projet ?

Selon sa mère, la jeunesse de Laetitia n’était pas des plus tendres entre les fugues et les drogues. Cela fait d’elle « une jeune femme paumée » et une « proie facile » pour les radicaux. C’est aussi ce qu’a affirmé son avocat. Par ailleurs, la jeune femme a fréquemment fait l’objet de plusieurs arrestations pour violence et vandalisme, dont une à l’église. « Je l’ai vue changer… » confiait sa mère au micro de France Bleu Hérault.

Quant à la jeune femme, elle a dit : « je cherchais quelque chose que je n’avais pas et j’ai rencontré ces gens-là qui étaient gentils, me portaient de l’attention. Au fil du temps, ces gens-là ne se sont pas révélés si gentils » pour expliquer sa radicalisation.

La sanction prononcée…

Compte tenu de ces accusations, le tribunal correctionnel de Montpellier a retenu trois ans de prison, dont un avec sursis pour Laetitia. Pendant ces trois ans, elle devra se soigner, travailler et obtenir l’aval du juge d’application des peines avant de pouvoir franchir le territoire français.

En tout cas, la jeune femme affirme avoir changé face au tribunal. Mais, André Dutil, le représentant du ministère public, préfère se méfier de ses propos…